Depuis la mise à jour vers la version 4.1, Lightroom offre en combinaison avec Photoshop CS6, une possibilité intéressante de créer et d’éditer les images HDR. HDR est synonyme de « high dynamic range », et dit rien de plus que plage dynamique élevée (rapport de contraste).

Mais qu’est-ce que cela signifie? L’œil humain peut percevoir des contrastes beaucoup plus dynamiques qu’un appareil photo. Si vous avez déjà photographié à contrejour, alors vous comprendrez tout de suite ce que je veux dire: soit l’appareil est réglé de telle sorte que le ciel est bien exposé, mais le premier plan est sans doute noir ou vice-versa, le premier plan est correctement exposé et le ciel ne contient plus aucun détail. Les images HDR contournent ce problème, car elles sont constituées de plusieurs images différemment exposées. On trouve plusieurs logiciels dédiés à cette tâche sur le marché et ils emploient tous la méthode de « tone mapping » : les images individuelles sont assemblées d’une manière que la totalité de tous les éléments soit “correctement” exposée.

La combinaison LR 4.1 et CS6 va encore plus loin – il s’agit également du tone-mapping, mais avec l’avantage que l’image peut être traitée directement dans Lightroom avec toutes les fonctionnalités. Cela économise du temps et offre encore plus de possibilités. Pour ce faire, il suffit de tout simplement exporter les images par le menu contextuel dans CS. Il est important que cela soit fait au format TIFF (si l’exportation n’est pas au format TIFF, il convient de changer le format dans les préférences). Ensuite, CS6 s’ouvre avec le dialogue HDR (méthode Tone Mapping – 16bit). Ici, vous cliquez simplement sur 32bit, puis enregistrez l’image et revenez à Lightroom.

Le grand avantage : l’image TIFF que vous venez de créer peut être traitée directement. L’observateur attentif verra, par exemple, que le contrôle de l’exposition présente désormais plus de -10, +10 = 20 f-stops au lieu -5, +5 = 10 f-stops.

Les 20 f-stops correspondent à  la plage dynamique de l’œil humain, une image parfaitement exposée couvre environ 12 arrêts. La plage de contraste de l’œil correspond à environ 1:1,000,000, d’un appareil photo d’environ 1:4096. Le système d’exposition d’un appareil photo ne marche pas dans une logique linéaire, mais exponentielle. Dans la 2-logarithme cela se traduit : 2 log(1.048.576) = 20  et à 2 log (4096) = 12. Par l’expansion dynamique de l’image, nous arrivons assez proche au contraste perçu par l’œil.

Ci-dessous les deux images de Notre-Dame que j’ai prises la semaine dernière : HDR, -2, -1, 0, +1, +2 f-stops.

Dans l’ensemble, je suis assez impressionné par cette méthode, car il s’agit d’une véritable extension de la plage dynamique (32 bits). Les images HDR ne sont certainement pas du gout de tout le monde, d’autant plus que de nombreuses images HDR ont un look comme si elles proviennent d’un film Harry Potter. La méthode présentée offre des bonnes possibilités de limiter cet effet. Les réglages de «clarté», «dynamique» et «saturation» aident bien à doser l’effet.

SHARE IT:

Related Posts

Commenting area

  1. Visit your site trough a message from LinkedIn Groups.
    Beautiful website with stunning images and a great slide show on the homepage.
    Great content on the blog for HDR 32 bit.
    Nature and Landscape Photography

    • Johannes October 3, 2012 at 13:29 · ·

      Hi Marinus,

      Thanks for stopping by. Pleased to hear that you find my post useful.

      Have a nice day,
      Johannes

Comments are now closed for this article.